Le leadership professionnel féminin a un frein masculin !

Vu sur le web
Vu sur le web

Il parait qu’au Togo, nombreuses sont les femmes compétentes qui n’accèdent pas toujours aux postes auxquels elles peuvent naturellement prétendre de par leur potentiel. Alors pour remédier à cela, le ministère de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation lance le « programme national de promotion et de développement du leadership professionnel des femmes togolaises ». Ce programme a été lancé à l’occasion d’un forum de trois jours qui s’est ouvert le lundi 08 décembre de cette année à Lomé. Il a sans doute permis – enfin, je l’espère puisque ce sont les objectifs de ce forum… – de souligner l’importance du leadership féminin pour la promotion de l’équité et l’égalité genre.

Une question me taraude…

Qui au juste empêche nos sœurs, nos mères, nos filles de faire montre de leur leadership ?

De ce que moi j’ai retenu de la journée d’ouverture des travaux – je vous vois d’ici, écarquiller vos yeux et vous demander : « mais il raconte quoi ce mec ? ». Bah oui, bien sûr que j’y étais. Vous croyez quoi ? Que je suis n’importe qui ? Détrompez-vous -. Je disais donc que d’après ce que j’ai pu entendre et retenir des allocutions d’ouverture et des travaux de ce forum, il ressort que – coup de théâtre, je vous rends impatients n’est-ce pas ? Un peu de suspens à la sauce hollywoodienne… – ; il ressort donc que ce sont – sans pour autant nous nommer – nous, les hommes qui empêchons les femmes de s’épanouir leadershipement parlant – là je révolutionne la grammaire en introduisant un mot nouveau, trop fort -.

Voilà donc ce qui se dit de nous et, avec tout le respect que je vous dois, à vous nos sœurs, nos mères, nos femmes, nos filles, je me vois dans l’obligation de totalement penser le contraire.

Ce n’est pas que je suis contre votre affaire de leadership hein ; mais penser que nous, vos frères, vos pères, vos maris, vos fils, nous vous empêchons de quelque manière que ce soit d’accéder à des postes où vous pourrez vous épanouir ; là, je dis N O N.

Pourquoi ?

C’est tout simple. Lorsqu’une femme se présente à un entretien d’embauche, le recruteur (homme) cherche à savoir si elle est compétente pour le poste ou pas, n’est-ce pas ? Balivernes ! Il cherche d’abord à savoir s’il pourra ou non la « consommer ». Je ne dis pas que tous font pareil hein mais je dis que l’idée ne leur est pas étrangère. S’il peut la consommer, bah elle a le taf et les promotions qui vont avec. Sinon il l’engage tente sa chance par la suite. Lorsqu’il ne parvient pas à ses fins, bah il ne s’en débarrasse pas mais il la laisse là, dans son coin. Vous pensez que celle là qui se retrouve « par accident » – selon le processus décrit plus haut – à un poste de responsabilité a réellement toutes les compétences requises pour ? Pour prétendre faire preuve de leadership ? De quel leadership parlez-vous ?

Comprenons-nous bien très chères lectrices, je ne remets pas en cause vos compétences mais j’expose un certain nombre de faits.

C’est aussi vrai qu’il y a des hommes qui pensent que pour faire évoluer une entreprise, recruter une femme est contre-productif et pas aussi rentable qu’un mec. C’est un discours qu’a tenu avec moi le DG d’une grande compagnie d’assurance installée au Togo – je vous l’avais dit, mon carnet d’adresse est très bien fourni -. D’après lui, les femmes ne se sentent pas suffisamment impliquées par la réussite de l’entreprise. Moindre chose, il faut la laisser partir car elle est au foyer conjugal et doit s’en occuper ou alors elle doit bénéficier des congés de maternité, grossesse oblige ; ou encore elle est malade et doit bénéficier d’un arrêt maladie, conformément aux prescriptions médicales. Le hic avec ce monsieur très respectable et très respecté est que la plupart des employés de sa compagnie sont… attendez, je vous le donne en mille… ce sont… des F E M M E S. Eh oui ! Le soir, à sa sortie du boulot, j’ai toujours pris un malin plaisir à le regarder avec… sa « nouvelle conquête du jour » comme je me plais à les nommer. Et Dieu sait combien peuvent aujourd’hui se vanter d’avoir un boulot ou une promotion grâce à ces méthodes peu orthodoxes.

Vous convenez donc avec moi que l’écart entre le discours des hommes, par rapport à l’emploi même des femmes, et les faits est abyssal ! Les femmes sont sujettes au harcèlement sur leurs lieux de travail certes, mais cela à lui seul suffit-il pour dire que les hommes sont un frein pour leur évolution professionnelle ? Puisque de toute façon, dans affaire de femme là, si elle plait à l’homme, il la recrute d’abord sans trop se poser de question. Vous imaginez s’il pouvait en être de même pour nous les hommes ? En tout cas, moi je ne crierai jamais au harcèlement… sauf si… ma supérieure hiérarchique est moche… et encore… – suivez mon regard -.

J’ai toujours pris un malin plaisir à me moquer de vous chères femmes en disant que même dans vos histoires d’émancipation et de promotion de la femme là, vous n’avez même pas assez de cran pour prendre les devants et que ce sont les hommes qui se sont battus pour vous. Pourquoi alors penser que les hommes sont contre affaire de leadership professionnel des femmes ?

Les femmes en revanche constituent à mon avis un frein à l’expression de leur propre leadership

Avez-vous déjà été en face d’une dame ou d’une demoiselle qui a la charge de recevoir et de transmettre à qui de droit votre dossier de demande d’emploi ou de s’entretenir avec vous pour une éventuelle embauche ? Comment cela s’est passé ? Je suppose qu’avec une demoiselle ça va mais avec une dame, c’est plutôt le pied ! Et vous vous êtes sans doute demandé pourquoi elle a agit ou réagit ainsi par rapport à vous… C’est pourtant simple ! Vous vous aventurez sur son terrain de chasse et comme tout félin qui se sent menacé elle protège son territoire. Mais oui, elle se sent dès le départ en compétition avec vous. Elle pense que vous êtes là pour la remplacer. Ne cherchez pas à savoir si vous avez les mêmes compétences qu’elles ou même vous demander pourquoi elle pense ainsi ; parce qu’elle sait que toutes les femmes ont « ces compétences » là qu’elle met en valeur. Demandez-vous plutôt auprès de qui elle pense que vous pouvez la remplacer. Cherchez juste à savoir comment elle s’est démenée pour arriver à ce poste et quelles sont ses affinités avec les « boss » de sa structure. Je vous assure que vous ferez des découvertes très étonnantes.

Déjà le nombre de femmes qui peuvent étaler un CV aussi  long et riche que le mât d’un drapeau togolais dans toute sa splendeur – ne me demandez surtout pas comment le drapeau togolais peut être riche hein ! – ne court pas les rues ; mais de là à être un frein pour elles même, il y a là un véritable problème. Le thème aurait plutôt porté sur « l’union et la solidarité féminines pour une promotion du leadership professionnel féminin » et qu’on aurait fait comprendre aux femmes qu’elles constituent un frein pour leur propre affirmation que j’aurais tiré mon chapeau à cette initiative mais hélas…

Et ceci n’est que mon avis.

Publicités

2 commentaires sur “Le leadership professionnel féminin a un frein masculin !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s